Comment débuter avec un drone

Comment débuter avec un drone

Comment débuter avec un drone

Ne vous fiez pas aux beaux slogans marketing du style : « notre drone ne requiert aucune notion de pilotage » ou « pilotage totalement assisté ».

Certes, décoller et faire du stationnaire n’a rien de difficile, mais les manœuvres risquent de se complexifier lors des virages ou des mouvements plus élaborés (tonneaux, loopings…).

Si il est plus aisé de piloter un drone de loisir qu’un multirotor professionnel, quelques notions de base sont indispensables avant de mettre l’appareil en route :

  • Lisez attentivement le manuel d’emploi et décortiquez toutes les informations susceptibles de vous aiguiller lors de la mise en marche des moteurs ;
  • Pour vous entraîner, choisissez une zone dégagée de tout obstacle, et surtout un endroit avec pas ou peu de présence humaine. L’idéal serait de vous entrainer très tôt le matin à une heure de faible affluence. A noter qu’il est interdit de faire voler son drone le soir ;
  • Commencez avec des manœuvres simples : que ce soit via votre smartphone, tablette ou votre radiocommande, le pilotage doit rester basique (haut, bas, gauche, droite, petits huit, cercles, etc.). Certaines chaînes Youtube proposent des tutoriels qui vous permettront d’apprendre à piloter et ainsi de vous perfectionner progressivement ;
  • Vérifiez constamment le niveau de batterie indiqué sur l’écran de commande ou le drone pour anticiper son arrêt. N’attendez pas la dernière minute pour retourner le drone à son point de départ ;
  • Prenez connaissance des conditions météorologiques avant de voler, et en particulier des vents pour anticiper ses éventuels changements.

Toujours voler en mode automatique

« Evitez de commencer à voler directement en mode manuel, un mode réservé aux pilotes plus confirmés. »

En mode manuel, l’appareil désactive les systèmes automatiques qui facilitent le pilotage comme le système de positionnement GPS, d’auto-stabilisation, de limitation de la hauteur et de la vitesse de vol, ainsi que les options de contrôles de vol. De plus, certains drones intègrent l’option d’arrêt automatique des hélices en cas de choc/contact.

Ces pales, qui peuvent tourner à 10 000 tours/minute, peuvent s’avérer très dangereuses au décollage et à l’atterrissage en cas de désactivation du mode automatique.

Si l’appareil ne dispose pas d’un système d’arrêt, vous pouvez toujours vous procurer des carènes pour protéger les hélices, ces dernières ne vous couteront qu’une dizaine d’euros et vous éviteront de vous entailler bêtement les doigts.

Choisir son drone en fonction de son utilisation

Comment débuter avec un dronePiloter un drone est un plaisir en soi. Exercice de précision et de concentration, il se double la plupart du temps d’un domaine d’application. Le même matériel ne peut pas être parfaitement adapté à la fois à la course d’obstacles et à la prise de vues en très haute définition de façon totalement stabilisée. Un drone donné sera plus ou moins capable de vous suivre dans votre escapade en VTT sur des chemins escarpés tout en vous filmant.

Les mini drones d’entrée de gamme sont plus principalement destinés à un premier apprentissage, en intérieur et éventuellement à l’extérieur. Dans la gamme moyenne, on va trouver des matériels très divers et capables de combler la plupart des amateurs exigeants. La spécialisation va déjà fortement se faire sentir à ce niveau.

Un apprentissage en douceur

Une fois notre premier drone acheté, il faut se préparer à le piloter. Utiliser quelque temps une application de simulation peut être une étape, mais cela ne remplacera pas la pratique. Même s’il est possible de se lancer avec les modèles les moins lourds sans aucune formation, autant savoir à quoi s’attendre quand le virus de la passion aura vraiment commencé à faire son effet. Quelles sont les meilleures façons pour progresser, en autonomie ou bien avec un enseignement réel ? Quelles sont les obligations légales pour piloter tel type de drone en France ?

Entre le pilotage dans son salon et la formation complète, théorique et pratique, d’un pilote de drone professionnel, il y a tout un éventail de possibilités pour se former

La préparation avant le pilotage

La préparation au vol est une étape importante avant de prendre de manœuvrer l’engin :

  • Tout d’abord, et avant de mettre sous tension votre télécommande, il est important de s’assurer que votre téléphone ou votre tablette disposent d’assez de batterie pour manœuvrer l’appareil durant tout le temps de vol. Vérifiez également si la batterie de votre multi-rotors est bien chargée.
  • Ensuite, vérifiez que votre téléphone ou votre tablette dispose d’une mémoire suffisante pour gérer l’application dédiée au pilotage et/ou enregistrer des vidéos si besoin. En effet, certaines applications sollicitent plus de mémoire vive que d’autres en fonction de la technologie embarquée dans le drone.
  • En fonction de la marque de votre drone, il vous est parfois possible de choisir entre deux modes de pilotage qui déterminent l’ordre des manettes de télécommandes : «mode 1» avoir la manette des gaz à droite et la manette directionnelle à gauche, et le « mode 2 », qui est le mode par défaut (le plus courant) et l’inverse du premier mode.
  • Il vous est également possible de se placer en mode « débutant » si votre appareil le permet. Ce mode est programmé pour offrir plus de sécurité au drone et assister les pilotes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *